Morihei Ueshiba a développé l’Aïkido tout au long de sa vie. Au fil des générations de maîtres qui ont suivi sa voie, différentes pratiques sont apparues, même si le fond et l’esprit de l’Aïkido restent identiques. Aujourd’hui, on répertorie plus de 20 styles d’Aïkido pratiqués en France.

Les élèves directs de Morihei Ueshiba ont été les témoins des différentes étapes de l’élaboration et de l’évolution de l’Aïkido. A leur tour et influencés par leurs personnalités, leurs compétences techniques et expériences martiales, ils ont essayé de transmettre cet art à leurs propres élèves. Inévitablement, différents styles d’Aïkido sont apparus au fil du temps. Voici les principaux courants :

Aikikai

C’est le style d’Aïkido le plus répandu dans le monde entier. Il correspond au développement du style du fondateur par son fils Kisshomaru Ueshiba (1921 – 1999). Celui-ci, motivé par sa mission de promoteur de l’Aïkido à travers le monde, a modifié et simplifié le style enseigné par son père afin de le rendre plus accessible. C’est certainement ce qui a permis le développement actuel de l’Aikido au niveau international et cet Aikido officiel est généralement désigné par Aikido Aikikai.

Il est représenté aujourd’hui par Moriteru Ueshiba, 3e Doshu, petit fils de Morihei Ueshiba.

Aïkibudo

Minoru Mochizuki, élève de Morihei Ueshiba, modifia l’Aïkido et développa le style Aïkido-jujutsu du Yoseïkan. Alain Floquet, initié à l’aiki jūjutsu, et pratiquant lui-même d’autres arts martiaux, décida de l’enseigner en France.

Plusieurs années après, il synthétise son propre art qui ne prend définitivement le nom d’Aïkibudo qu’en 1980. L’Aïkibudo ne se présente pas comme un concurrent de l’Aïkido, mais comme une perception alternative de l’enseignement de Morihei Ueshiba basé en grande partie sur l’enseignement de Minoru Mochizuki.

Ce courant intègre l’Aïkido Yoseikan, le Daitoryu-Aïkijujutsu, le Katori Shinto-ryu et le Iai-Jutsu Yoseikan. Surtout enseigné en France, l’Aïkibudo est en développement et connait une croissance du nombre de ses pratiquants en Europe et à travers le monde.

Iwama Ryu

L’Iwama-ryu est le style d’Aïkido de Maître Saito Morihiro (1928-2002). Il doit son nom au dojo basé à Iwama où il enseignait. Il était rattaché à l’Aïkikaï. Saito Morihiro voulait préserver l’enseignement reçu à Iwama. Il enseigna un Aïkido très rigoureux dans sa forme avec une place importante accordée au travail des armes sur la base de formes codifiées.

L’Aikido d’Iwama, qui est connu pour être complet techniquement, en particulier grâce à l’étude des armes (ken et jo) telles que les pratiquait le Fondateur, est aussi souvent considéré comme étant plus réaliste.

Son fils Hitohiro lui succédera et se détachera de l’Aïkikaï. Il nommera son école Iwama Shin-Shin Aiki-Shuren-kai.

Ki-Aïkido ou Shin Shin Toitsu Aïkido

C’est le style fondé par Maître Koichi Tohei, qui s’est détaché de l’Aïkikaï de Tokyo dans les années 70 avec la création de la Ki Society. Le terme « Shin-shin Toitsu » (emprunté à l’école de Yoga japonais du même nom) signifie l’unification du corps et de l’esprit. Ce style, qui est l’un des plus doux de l’Aïkido, développe la voie du Ki et donne une importance particulière à l’aspect du contrôle de l’énergie.

Les cours se divisent en cours de ki (échauffements, tests de coordination, respiration, étirements, méditation, etc.) et en cours d’aïkido (techniques, randori, katas, etc.) mettant en pratique les mouvements et principes vus dans les cours de ki.

Cette école attache une faible importance aux applications martiales, car elle considère les techniques uniquement comme un moyen de développer le Ki. Aujourd’hui, ce style d’Aïkido s’éloigne de plus en plus de l’Aïkido traditionnel, car il s’oriente vers la santé et l’étude du Ki. Cette école est particulièrement implantée au Etats-Unis.

Kinomichi

Le Kinomichi (Voie du Ki) est l’école créée par Me Noro Masamichi (1935-2013). C’est un style aux mouvements amples et circulaires qui privilégie une relation harmonieuse entre les partenaires pour un bénéfice mutuel. Le travail avec partenaire est dynamique et relâché, basé sur l’étirement, le mouvement, la respiration, l’ouverture, le contact, la spirale et la verticale.

Wanomichi

Ce style, qui signifie « Voie de la Paix, Voie de l’Harmonie », a été développé par Daniel Toutain, uchideshi (élève interne) du maître Morihiro Saito à Iwama.

Le Wanomichi est une voie de développement personnel fondée sur une pratique approfondie de l’art martial tout en incorporant dans son programme des techniques de bien-être physique et mental.

Il prend sa source dans l’enseignement tel que transmis à Iwama et a ensuite été enrichi de l’apport d’autres disciplines dont les principes fondamentaux convergent avec ceux des techniques de l’Aikido d’Iwama, notamment les arts chinois. Une préparation physique et mentale (shinshin no junbi) élaborée et adaptée à partir du Ashtanga Yoga et du Gokul Yoga (Yogas dynamiques) a également été intégrée dans le programme d’entrainement.

Yoshinkan

Gozo Shioda (1915 – 1994), élève de Morihei Ueshiba, a créé en 1955 l’école Yoshinkan (Yo signifie « développer », Shin veut dire « esprit » et Kan désigne le lieu de pratique).

Style fortement influencé par la période d’avant-guerre, il est considéré comme « plus dur » et il privilégie l’efficacité. Il met l’accent sur une pratique vigoureuse et une étude solide des techniques de base et des fondamentaux. Il a été adopté par différentes forces de police au Japon. Bien que constituant l’un des styles majeurs de pratique dans le monde, il est, pour le moment, un style minoritaire en France.

Autres pratiques

  • Aïkido de Sumikiri
  • Aïkido Mochizuki
  • Aïkiryu
  • Aïkitaï Jutsu
  • Aïkivudao
  • Ecole Itsuo Tsuda
  • Kobayashi Ryu
  • Taïkido

Tous ces styles d’Aïkido ont été répertoriés dans le moteur de recherche (soit au total, à date, 1427 lieux d’entraînement dans notre base de données). A vous de jouer pour trouver votre club !

Ludovic Nenot
Author: Ludovic Nenot